POURQUOI SE RENDRE ?

ÉTONNANTE REDDITION D'UN JEUNE MAFIEUX CALABRAIS DÉJÀ CONDAMNÉ PAR CONTUMACE

Il s'est rendu à la police. Spontanément. Et il s'est constitué prisonnier, auprès des carabiniers de sa commune de Rosarno, comme un citoyen qui vient acquitter une amende pour stationnement gênant. Une initiative aux antipodes de l'habitude de cavale qui peut parfois durer des années que pratique ses homologues des mafias italiennes qu'ils soient recherchés par la police ou condamnés.

[Are_PayPal_LoginPlease]

Seules exceptions : quand les menaces de morts sont jugées suffisamment sérieuses par les mafieux pour échanger leur incarcération contre une protection ; et quand les personnes recherchées sont gravement malades...

Giuseppe Pesce, 33 ans, le chef d’un important clan mafieux calabrais, s’est rendu à la police italienne le 15 mai. Il était à la tête du clan Pesce, membre de la 'Ndrangheta, clan qui a longtemps contrôlé les activités de l'important port commercial de Gioia Tauro, en Calabre.

Peppe Pesce s'est dit « fatigué d'être toujours en fuite ». Les carabiniers ont permis à la famille, grands mères, tantes, cousins et même sa fille de trois ans qu'il n'a pratiquement jamais vue, de venir le saluer et l'embrasser avant son incarcération. « Presque tous les visiteurs étaient des femmes. La plupart des hommes de la famille Pesce sont derrière les barreaux », témoigne la correspondante de la BBC, Elena Cosentino, seule journaliste sur place à ce moment là.

Recherché depuis trois ans, Peppe Pesce a été condamné par contumace en mai dernier à 16 ans de prison. Deux semaines avant sa reddition, l'épouse de Peppe Pesce, qui est enceinte de sept mois, a aussi été arrêtée pour complicité dans la cavale de son mari. C'est ce qui a peut-être décidé le chef de clan à se rendre.

Autre hypothèse selon Alessandra Cerreti, magistrate de la direction antimafia de Reggio Calabre, qui a mené les investigations et poursuites contre le clan : «  Il n'y a jamais de décision individuelles. Ce sont plutôt des stratégies de clan. En sacrifiant une personne, ils pensent desserrer l'étau. Mais ça ne marche pas... »

Sources : Le Monde ; RFI ; BBC news.

[/Are_PayPal_LoginPlease]

 Lire toutes les dépêches

Posted in Dépêches / n°8, Les dépêches - La chronique, Les dépêches hebdomadaires, Revue Criminalités and tagged , , .

Laisser un commentaire