Animaux menacés : le sommet de Bangkok

   

 Braconnage, trafics, revente au marché noir. Grands singes et requins sont en danger. Les ours polaires : dans le collimateur. Les éléphants d'Afrique, les rhinocéros : dans la mire des fusils. Le commerce de l'ivoire a repris, montrant l'échec des politiques de lutte contre les trafics illégaux d'espèces sauvages normalement protégées.

     Du 3 au 14 mars, a eu lieu à Bangkok, en Thaïlande, la 16e session de la Conférence des parties de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction. S'y est tenue une première réunion mondiale des réseaux de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages se focalisant sur "l'importance de coopérer par-delà les frontières pour combattre la criminalité transnationale organisée liée aux espèces sauvages et aux forêts", confrontant les expériences de représentants des dix réseaux ou groupes actifs en Afrique, Asie, Amérique du Nord et du Sud, ainsi que des réseaux proposés et actuellement en discussion pour l'Asie centrale et de l'Ouest, et pour la région Océanie/Pacifique.

      Dans le rapport de 15 pages du PNUE, Programme des nations unies pour l'environnement sont abordées les questions des stratégies de lutte et des priorités.

Lire toutes les dépêches

Posted in Criminalités n°5 - mars 2013, Dépêches / n°5, Les dépêches - La chronique, Les dépêches hebdomadaires, Revue Criminalités and tagged , , .

Laisser un commentaire