Autocensurée, la page Facebook anticartel

Une initiative citoyenne d'information sur les méfaits des narcotrafiquants cède sous la menace. 

 

Ouverte le 1er janvier 2012, suivie par quelques 214 000 personnes, la page Facebook « Valor por Tamaulipas » (Courage pour le Tamaulipas), alias VxT, a cessé début février 2013 d'informer sur les activités des cartels, exécutions, affrontements armés, enlèvements et demande de rançons, bloquages de routes.

Sur sa page d'accueil figurait :

«Demain, je devrais peut-être m'asseoir devant les enfants et leur dire que nous avons été vaincus. Mais je ne pourrais pas les regarder dans les yeux et leur dire qu'il vivront désormais ainsi parce que je n'ai pas eu le courage de lutter ».

 Des menaces de mort, assorties d'une récompense,  en ont eu raison. Des affichettes promettaient dans Ciudad Victoria, la capitale de l’État de Tamaulipas :

 «une prime de 600 000 pesos [35 000 euros] pour toute personne qui donnerait des renseignement exacts sur le responsable de la page Valor por Tamaulipas ou de sa famille directe, parents, frères et sœurs, enfants et épouse».

La page a révélé aussi que les réseaux sociaux mexicains sont occupés par des membres des cartels, des policiers et militaires, outre de  mystérieux « représentants de la collaboration citoyenne » .

Sources : AFP (France), El Diario (Mexique), Processo (Mexique)

Eclairage

Ce ne sont plus les autorités légales qui , comme aux Etats-Unis et au Pérou par exemple, offrent une récompense à qui leur donnera un hors-la-loi, mais les organisations criminelles à qui leur donnera un défenseur de l'Etat de droit : le rapport de pouvoir est totalement inversé.

On peut lire sur le Mexique le livre de B Stern "Narcobusiness, l'irrésistible ascension des mafias mexicaines"

Lire toutes les dépêches

Posted in Criminalités n°6 - avril 2013, Dépêches / n°6, Les dépêches - La chronique, Les dépêches hebdomadaires, Revue Criminalités and tagged .

Laisser un commentaire