Bulgarie : la chute du n°1 de l'anti mafias

A QUI PROFITE LE CRIME ?

Les Bulgares les appellent les « kompromat » : les documents compromettants. Le 17 avril, quelques journalistes et des magistrats du parquet ont reçu anonymement (souligné par la rédaction) par e mail une série de documents du contre espionnage mettant en cause Stanimir Florov, chef de l'unité de lutte contre la criminalité organisée (GDBOP). Deux jours plus tard, il est inculpé pour corruption.

Stanimir Florov, aurait entretenu des rapports avec des personnes impliquées dans la contrebande et le trafic de drogues. Florov aurait protégé entre 1999 et 2002 des trafiquants de drogue, et les tenu au courant d'actions envisagées par les services de police. Il vérifiait aussi si des voitures volées étaient identifiées et recherchées par Interpol et dans l'espace Schengen. En contrepartie de ces renseignements, ils aurait reçu à chaque fois  une somme équivalente à 10 000 euros.

Florov a fait l'objet de plusieurs enquêtes pour corruption dans les années 1990 alors qu'il était patron des stups. Il aurait fermé les yeux, en échange d'un pot-de-vin, sur des canaux contrôlés par des ressortissants du Moyen-Orient en Bulgarie

Ces derniers documents compromettants pour Stanimir Florov éclaboussent indirectement l'ancien ministre de l'Intérieur, Tsvetan Tsvetanov, alors que Florov était à la tête d'un des plus importants services du ministère, engagé dans une lutte ouverte contre la criminalité organisée, priorité affichée du Gouvernement arrivé au pouvoir en 2009.

Sources : Sofia Globe, Standart (Bulgarie), Le Figaro.

Lire toutes les dépêches

 

Posted in Criminalités n°6 - avril 2013, Dépêches / n°6, Les dépêches - La chronique, Les dépêches hebdomadaires, Revue Criminalités and tagged , , .

Laisser un commentaire