Cosa Nostra sur les planches

Une pièce de théâtre pour dire la mafia, reprenant les mots de mafieux, jugés, repentis ou non.

 

Parole d'Onore / Les Déchargeurs. Crédits : Giorgio Palmera

« Moi, j’ai été fait homme d’honneur très jeune, je dirais enfant. Mais on se lève pas un matin en disant : à partir de maintenant, je fais partie de la Cosa Nostra. La Cosa Nostra se prépare à faire un homme d’honneur seulement après l’avoir expérimenté, expérimenté, expérimenté ». Celui qui a dit ses mots s'appelle Tomasso Buscetta. S'appelait. Il est mort en 2000. Il n'a pas été le premier pentito (repenti) mais ses déclarations au milieu des années 1980 aux juges Falcone et Borselino ont été décisives dans leur lutte contre la Mafia. Ses témoignages ont été les premiers d’importance à avoir brisé la loi du silence, bénéficiant du programme italien de protection des témoins.

Cette parole, elle renait dans la bouche d'un comédien.

L'auteur, l'interprète ont vécu à Palerme. Acteur italien, Marco Gambino, reprend la langue de la Mafia. Pendant cinquante minutes sur scène. Le texte du monologue d'acteurs est dérivé des témoignages recueillis pendant près de trente ans par le journaliste à La Repubblica, Attilio Bolzoni, y compris les paroles de repentis, telles quelles, glanées lors des procès ou au fil des interviews, retranscrites à l’état brut. On entendra quelques figures, comme Toto Riina, Tomasso Buscetta, Michele Greco. De quoi plonger au cœur des logiques, des discours et des démonstrations permanents de toute puissance. Caïds, gros bras, petites mains, dignitaires et sans grades de Cosa Nostra parlent de crimes, de complices et de traîtres, de femmes et d’argent, de morale.

Ce texte intitulé « Parole d'onore», cette pièce à un personnage qui en incarne de nombreux, Marco Gambino l'a d'abord joué en 2009, dit en anglais sur une scène d'Edimbourg, avec pour objectif de mettre à nu l'implacable rhétorique de la mafia et les logiques de son univers.

Le comédien Marco Gambin intervient aussi dans les établissements scolaires pour des ateliers menés en italien, en français ou en anglais avec des lycéens.

Il y travaille sur les origines des mafias, histoire et légendes ; les langages et les codes mafieux ; les mythes et héros comme les juges Falcone et Borsellino ; le traitement des déchets toxiques manipulé par les mafias, une catastrophe pour l'environnement ; la difficulté d'enquêter et écrire sur le sujet et les menaces contre les journalistes d'investigation. Avec des extraits de films et de livres et d'articles de journaux.

[vimeo]http://vimeo.com/61648916[/vimeo]

Parole d'onore, d'Attilio Bolzoni et Marco Gambino, Théâtre des Déchargeurs, Paris (1er) jusqu'au 23 mars 2013. Spectacle en version italienne, anglaise ou française, en alternance.

Lire toutes les dépêches

 

 

Posted in Criminalités n°5 - mars 2013, Dépêches / n°5, Les dépêches - La chronique, Les dépêches hebdomadaires, Revue Criminalités and tagged , , .

Laisser un commentaire