Déchets: le modèle italien exporté en France

Le modèle italien de traitement mafieux des déchets s'exporte en France. Trafic démantelé en Ile-de-France

Recyclage peu scrupuleux de déchets de chantiers du BTP. C'est le marché prospecté en Ile-de-France en prenant comme modèle les pratiques mafieuses d'enfouissements illégaux, autour de Naples à partir des années 2000, notamment de déchets, parfois dangereux ou toxiques. En amont de ces enfouissements sauvages, des menaces étaient proférés sur les propriétaires de terrains pour assure l'extorsion de ces terres.  Une opération de police y a mis fin le 4 mars dernier.

Douze personnes ont été interpellées, soupçonnées d'extorsion de fonds en bande organisée, d'association de malfaiteurs et de dépôt illégal de déchets., dans le cadre d'une « vaste affaire de fraude à l'environnement en bande organisée et d'extorsion de fonds », selon la police. Est notamment visé Jean-Claude Hornec fichés au grand banditisme pour divers trafics, racket de boîtes de nuit, machines à sous clandestines et même meurtre.

Pour obtenir des espaces où enfouir les déchets confiés à bas prix par des sociétés du BTP, la bande menaçait ou piégeait des agriculteurs de la région parisienne, leur proposant notamment des prêts à taux très élevés, les étranglant financièrement. Pour se défaire de leurs dettes, ces agriculteurs ont été contraints de céder leurs terrains.
Les enquêteurs ont saisi du matériel pour une valeur totale avoisinant le million d'euros. Les suspects auraient également bénéficié de nombreuses nuits dans des palaces, réglé des notes de frais dans des cercles de jeu avec l'argent de la société.
A la fraude environnementale s'ajoute donc des abus de biens sociaux mais aussi une fraude à la TVA. Les trois hommes d'ores et déjà mis en examen encourent jusqu'à trente ans de prison.
Les effets a à long terme en Italie

Les méthodes utilisées se rapprochent des pratiques développées par la mafia traitant les déchets à moindre coût, sans respecter les normes de sécurité sanitaires,  avec des impacts désastreux sur l'environnement, sur l'agriculture et les nappes phréatiques.

En Italie, de véritables collines artificielles ont été érigées, accumulant résidus d’amiante, bidons de produits chimiques sacs plastiques et matière synthétiques incendiées pour faire tout disparaître sous les cendres. La terre a été contaminée durablement par ces dépôts sauvages  dans carrières désaffectées, des puits, des grottes, des terrains délaissés par l'activité agricole.
Les méfaits de la mafia se font sentir : mortalité par les cancers en Campanie en augmentation de 40% chez les femmes et de 47% chez les hommes sur les vingt dernières années, désaffection du public se méfiant des production agricoles locales.
Le 16 novembre 2013, de 60 000 à 100 000 personnes ont défilé dans les rues de Naples pour protester contre « l’écocide » en Campanie et interpeller le gouvernement.
Sources : Agence France Presse, RFI, Terra Eco.

Posted in Criminalités n°9 - septembre 2013, Dépêches / n°9, Les dépêches - La chronique, Revue Criminalités and tagged , , , .

Laisser un commentaire