Décollage

CHCP-150x150Dans un ciel de plus en plus encombré des nuages menaçants, la revue, que l’on peut imaginer comme une fusée décollant de son pas de tir, va essayer de garder la trajectoire que ses concepteurs ont imaginée et calculée sur leur planches à dessin et leurs ordinateurs, en espérant avoir pris la mesure de toutes les données qui commandent son vol et de toutes les difficultés qui les attendent.

C’est le moment où elle se soulève lourdement, à la limite de l’immobilité et au bord de retomber avec fracas.

Nous en sommes en effet au deuxième numéro payant, après les essais qu’ont représenté les quatre numéros gratuits. Ils étaient irréguliers. Désormais, la revue tiendra le rythme d’un numéro paraissant tous les premiers vendredis de chaque mois avec des « dépêches » hebdomadaires.

Une rubrique disparaît, celle des interviews mensuels gratuits, trop lourde à gérer pour l’intérêt qu’elle peut présenter pour nos lecteurs, les interviews prenant place dans la rubrique «informations » quand ils paraîtront nécessaires.

Ces interviews mensuels seront remplacés par « La Gazette », un ensemble de tribunes dans lequel les membres et les partenaires de l’OGC donneront librement et sous leur responsabilité, dans leur langue, les informations et leur opinion personnelle sur les sujets de leur choix. La Gazette paraîtra quand ces membres et partenaires s’y exprimeront et dès qu’ils l’auront fait, sans doute plusieurs fois par semaine. Il sera possible de la recevoir sans être abonné à la revue.

Une autre rubrique va apparaître ce mois ci dans la revue : celle de la « librairie » qui sera aussi, dès que possible, une médiathèque proposant des films, pour l’essentiel des documentaires. Il en existe en effet de remarquables dans notre domaine, tant par le travail d’investigation dont ils sont le résultat que par la qualité de la mise en scène, car l’image filmée et télévisée peut aussi constituer un fort outil de connaissance, complémentaire du texte écrit.

La revue et la librairie proposeront à bref délai des abonnements groupés permettant aux abonnés de la revue de consulter en ligne, mais non de télécharger, un certain nombre de livres, ceux que l’OGC aura édités et ceux que leurs éditeurs et auteurs auront accepté de voir promus de cette façon.  De cette façon sera tenue la promesse, faite dans l’éditorial du numéro précédent, de faciliter les diverses approches du « trou noir » des criminalités, une expression qui pourrait d’ailleurs faire débat et c’est tant mieux.

Enfin, de nouvelles modalités d'abonnement vont vous être proposées, plus souples et plus progressives, dont un abonnement « Découverte » dès maintenant.

Il faut, nous le savons, pour mettre ce projet sur orbite, des moyens que l’équipe actuelle de l’OGC ne prétend pas avoir toute seule. Un des plus puissants moteurs sur lesquels elle compte pour y parvenir, sera constitué par des partenariats avec des ONG et des centres de recherches faisant un travail complémentaire du nôtre. Vous les verrez bientôt apparaître sur le site.

C’est dans une situation qui est en France tendue par de nombreux scandales financiers, que la revue tente de prendre ce départ au long cours, pour passer d’une métaphore aéronautique à une autre maritime.

Qu’ils touchent des hommes politiques de premier plan, de puissants entrepreneurs ou des institutions de base comme la police, ces scandales, s’ils ont le mérite de jeter une lumière utile sur des réalités cachées, présentent aussi le danger de mettre en avant des leurres émotionnels et de promouvoir ainsi des politiques démagogiques aussi dangereuses pour les citoyens qu’inefficaces contre les grandes criminalités.

Aussi l’OGC ne se laissera pas dévier de son cap par des coups de vents de communication médiatique : proposer en même temps qu’une information bien documentée, une réflexion théorique approfondie. Ce que, nous l'espérons, vous devriez trouver dans le dossier sur les  « Zones grises en Amérique Latine ».

Charles-Henri de Choiseul Praslin

 

 

Posted in Criminalités n°6 - avril 2013, Edito / n°6, Éditos, Revue Criminalités and tagged , .

Laisser un commentaire