Dieu contre les mafieux

 Le pape excommunie, la mafia boude la messe et accentue les hommage para religieux aux dirigeants de la mafia calabraise.

Contre la Mafia, le numéro 1 du clergé italien en appelle à Dieu. Mais les mises à l'index par le pape ne laisse par les mafias italiennes les bras ballants. Les signes extérieurs de désapprobation et de défi apparaissent, après l'excommunication prononcée par le pape François.

Deux cents détenus de la prison de Larino, située à Molise, en Italie centrale, ont ainsi ostensiblement refusé d'assister à la messe du dimanche, le 6 juillet.

A Oppido Malertima, village de 3000 habitants de Calabre, la procession à la Vierge a fait le 2 juillet une escale remarquée devant la maison d'un capo de la 'Ndrangheta, Pezze Mazzagati en inclinant la statue de la vierge dorée en signe d'hommage au dirigeant de la mafia calabraise, condamné à la réclusion perpétuelle et assigné à résidence en raison de son grand âge et de sa santé.

Un genre d'hommage qui fait partie des traditions locales, mêlant religion et organisation sociale criminelle. Mais qui prend un relief particulier après la parole du pape disqualifiant les membres de la mafia en le plaçant hors de l'église.

Visitant une prison en Calabre le 21 juin dernier, le pape a ainsi défendu la réinsertion plutôt que la «rétorsion sociale» et pourfendu la mafia locale, dénonçant les souffrances des enfants victimes des « atrocités » de la 'Ndrangheta.

Outre ces petits enfants, de jeunes Calabrais sont recrutés pour le trafic de drogue et meurent aussi dans les violences de la 'Ndrangheta, ou encore se retrouvent en prison. « La Ndrangheta, c'est l'adoration du mal, le mépris du bien commun. Ce mal doit être combattu ! Ceux qui, comme les mafieux, suivent dans leur vie cette voie du mal ne sont pas en communion avec Dieu. Ils sont excommuniés ! », a alors ajouté le pape.

La 'Ndrangheta calabraise, par laquelle transite une partie de la cocaïne d’Amérique du Sud, est aujourd’hui la plus riche des mafias, avec des intérêts dans le nord de l’Italie et en Europe.

Héritées d’une vieille culture de l’omerta, des collusions entre des membres du clergé et les mafias subsistent encore dans le Mezzogiorno même si les papes et l’Église les ont nettement condamnées et que les associations catholiques multiplient les initiatives contre le crime organisé

Sources : Agence France Presse, Le Figaro, Le Monde.

 

Posted in Criminalités n°9 - septembre 2013, Dépêches / n°9, La Gazette (intégrale), Les dépêches - La chronique, Revue Criminalités and tagged , .

Laisser un commentaire