CONTRE LES PIRATES, LA COOPERATION ARMÉE

UN PROGRAMME EUROPÉEN POUR SÉCURISER LE GOLFE DE GUINÉE

AVEC LES  PAYS RIVERAINS

13 % des importations de pétrole vers l’Union européenne, et 6 % de celles du gaz transitent actuellement par le golfe de Guinée. Des intérêts stratégiques et économiques majeurs pour l'Europe. De quoi motiver des interventions.

[Are_PayPal_LoginPlease]

Lancé en 2009, par l’Union européenne, le programme Crimgo « routes maritimes critique du golfe de Guinée » vise à renforcer la sûreté des routes maritimes entre sept pays africains ayant une frontière littorale avec le golfe de Guinée. Il prévoit la formation des services garde-côtes et l’échange des informations sur les actes de piraterie dans sept pays du golfe de Guinée.

Il a été réaffirmé le 10 janvier 2013 comme une priorité : le budget européen lui consacre 4,5 millions d’euros. Le programme va être mené par les services ministériels de plusieurs pays (France, Portugal, Espagne, Royaume-Uni) et des universités (Finlande, Italie, Pologne). Sont partenaires du projet le Foreign Office pour le Royaume Uni, la Fundación Internacional y para lberoamérica de Administración y Políticas Públicas pour l'Espagne, la Direção-Geral de Política do Mar pour le Portugal, et pour la France deux sous-ensembles du ministère des affaires étrangères (France expertise international et la Direction de la coopération de sécurité et de défense).

Côté université, sont concernées la Satakunta University of Applied Sciences (Finlande), l’International Maritime Safety Security Environment Academy (Italie) et la Szczecin Maritime University (Pologne).

Le programme prévoit la formation de gardes-côtes dans les sept États concernés, Bénin, Cameroun, Guinée équatoriale, Gabon, Nigeria, les îles Sao-Tomé-et Principe, Togo. Il est aussi prévu de mettre en place "un réseau permettant l’échange d’informations entre ces sept pays et les agences de la région " pour une meilleure coordination entre les gardes-côtes battant différents pavillons face aux attaques de pirates.

Pour le commissaire européen au développement, Andris Piebalgs, la coopération manque « encore de norme commune de formation maritime. Et le partage d’informations entre les pays concernés est insuffisant ».

[/Are_PayPal_LoginPlease]

Posted in Criminalités n°8 - juin, juillet, août 2013, Informations / n°8, Revue Criminalités, Tour d'horizon / n°8 - Pirateries and tagged , , , .

Laisser un commentaire