Italie : un vent d'ennuis souffle sur le Seigneur du vent.

Record de confiscation battu

La police italienne a annoncé le 3 avril la saisie définitive et "record" de biens d'une valeur de près de plus d'1,3 milliard d'euros qui appartenaient à Vito Nicastri, 57 ans. S'il a démarré comme modeste électricien, il était devenu l'un des plus gros investisseurs dans les énergies renouvelables en Italie. Surnommé le « Seigneur du vent » pour son activité dans le secteur des parcs éoliens, il est soupçonné d'avoir utilisé cette activité légale pour procéder à des opérations de blanchiment des ressources provenant du racket, du trafic de drogue et d'autres activités illicites.

Selon le général Antonio Girone, à la tête de la DIA (Direzione investigativa antimafia, la direction des enquêtes anti-mafia), Nicastri était en contact avec Matteo Messina Denaro, qui serait actuellement le « capo dei capi », considéré comme le numéro un de Cosa Nostra. Nicastri est aussi assigné pendant trois ans à une résidence surveillée dans sa municipalité d'Alcamo, en Sicile.

Nicastri a vendu la majorité de ses parcs éoliens à IVPC (Italian vento power corporation), une société des environs de Naples gérée par Oreste Vigorito, président de l'association italienne de l'énergie éolienne, arrêté en novembre dernier, soupçonné de fraude et relâché depuis. Les fraudes concernent des millions d'euros d'aides publiques destinées à construire des fermes éoliennes qui n'ont jamais fonctionné.

Les biens confisqués à Vito Nicastri sont situés dans toute l'Italie. Ils couvrent 43 entreprises et participations dans des sociétés spécialisées dans les énergies alternatives, éolien et photovoltaïque, 98 biens immobiliers (terrains, immeubles, villas, usines, entrepôts), sept véhicules de luxe,  des yachts de croisière,66 comptes courants et autres biens financiers.

Le dossier de l'instruction est fort de 2 400 pages. Ces biens ont été mis sous séquestre en septembre 2010. Ils sont désormais saisis définitivement.

Sources : Reuters, Financial Time Europe.

Eclairage

On peut lire  aussi « Autant en emporte le vent », une dépêche dans Criminalités, le 4 mars 2013.

Cette confiscation pose le problème de savoir comment réutiliser les avoirs criminels confisqués, qui avait fait l'objet d'un précédent dossier dans le numéro 3 de la revue, un dossier qu'il faudra certainement réouvrir.

Lire toutes les dépêches

 

Posted in Criminalités n°6 - avril 2013, Dépêches / n°6, Les dépêches - La chronique, Les dépêches hebdomadaires, Revue Criminalités and tagged , , .

Laisser un commentaire