La bonne sauce

Pour livrer les secrets de cuisine mafieuse, le chef est passé à table.

Avec un physique en profil de bonbonne, le caïd new-yorkais, Joseph Massino a été le premier à briser le code du silence et il l'a fait avec une métaphore culinaire. Faut dire que la cuisine, c'était son métier officiel. Il détenait un restaurant dans le Queens, le « Casablanca », d'où il dirigeait ses affaires. Assez peu aux fourneaux en fait. De 1991 à 2004, il a dirigé le clan Bonnano, une des cinq famille dominant les criminalités organisées dans leur fief de Bip Apple. Le chef était aussi un chef.

En 2004, il tombe sous les accusations de plusieurs meurtres, d'extorsion de fonds, d'usure, de blanchiment d'argent, d'organisation de jeu illégal, et d'incendie criminel. Pour éviter la peine de mort, Massino coopère avec le FBI. Lors d'une de ses auditions, celui qui était officiellement restaurateur a précisé l'étendue de ses activités, « des meurtres, la responsabilité de la famille, faire des capos, défaire des capos ». Ce qui lui a aussi permis de donner sa conception d'un meurtre « propre » :

« Si vous avez besoin que quelqu’un tue quelqu’un, vous avez besoin d’ouvriers; il faut plusieurs sortes de viande pour faire une bonne sauce ».

En 1974,  Martin Scorsese réalise un documentaire, Italianamerican,, dans lequel il met un point d'honneur à livrer sa version de la recette de la sauce tomate, la vraie, la seule, celle de sa mamma : la recette figure in extenso dans le générique de fin…

Le cinéma a mis la cuisine au centre du quotidien des membres de la Mafia. La sauce des pâtes, c'est même essentiel. Dans Le Parrain le capo Clemenza montre à Michaël Corleone (joué par Al Pacino) comment cuisiner dans les règles la sauce des pâtes sans oublier les saucisses, les boulettes de viande  :

« Viens ici, petit, apprends quelque chose. On ne sait jamais, tu pourrais devoir cuisiner pour vingt types un de ces jours. »

La légende, jamais loin du réel. A moins que le réel ne cultive délibérément la légende. La sauce tomate, au cinéma, c'est pas ce qu'on utilise pour figurer le sang ?

Posted in Criminalités n°9 - septembre 2013, Dépêches / n°9, La Gazette (intégrale), Les dépêches - La chronique, Revue Criminalités and tagged , , , .

Laisser un commentaire