Une guerre chinoise anti-contrefaçon

LA ROUTE DES FAUX EST COUPEE

Le leader chinois du commerce électronique, Alibaba Group Holding Ltd , dit vouloir lutter contre la contrefaçon, pas pour des raisons morales mais simplement pour maintenir la réputation, et donc la confiance et la fiabilité des échanges en ligne via son site.

Cela se passe en Chine, pays réputé médaille d'or toutes catégories de la contrefaçon.

"Au cours des trois premiers mois de l'année, les organes de sécurité publique des la Chine ont éxaminé 3747 cas de contrefaçon,qui ont impliqué une valeur totale de 24,2 milliards de yuans ( trois milliards d'euros)"  a déclaré Meng Qingfeng, chef du Département économique des investigations et criminalités du Ministère de la sécurité publique.

La Chine va lancer une campagne contre les produits pour enfants de mauvaise qualité ou contrefaits, à l'approche de la Journée internationale de l'enfance le 1er juin.

Alibaba dit vouloir établir un comité interne pour la protection des droits de propriété intellectuelle. "L'an dernier, Alibaba a traité 94 millions d'articles qui violaient le copyright et a émis plus de 900 000 sanctions" a indiqué Ma Yun, son PDG dans une conférence de presse le 10 mai.

Déjà en février 2011, un scandale avait touché Alibaba. Le PDG et le directeur financier du site avaient du démissionner, après la révélation d'un scandale impliquant plus de 2 300 fournisseurs de la plate-forme en ligne. Des employés d'Alibaba auraient aidé des fournisseurs à monter des fausses devantures pour tromper des acheteurs entre 2009 et 2010.

Sources :  le Quotidien du Peuple en ligne, Agence de presse Xinhua, Télérama.

 Lire toutes les dépêches

 

Posted in Criminalités n°7 - mai 2013, Dépêches / n°7, Les dépêches - La chronique, Les dépêches hebdomadaires, Revue Criminalités and tagged , , , .

Laisser un commentaire