L'Afrique siphonnée de ses capitaux

Le recours aux paradis fiscaux creuse le déficit de richesses en Afrique.
Entre 1970 et 2009, l'Afrique aurait subi des fuites illégales de capitaux à hauteur de près de 1800 milliards de dollars ? Un montant supérieur à ce que le continent a reçu comme aides au cours de la même période. Un montant équivalent à cinq fois la dette cumulée des États africains. C'est le constat révélé par un sommet de ministres africains des finances et des gouverneurs des banques centrales réunis en Éthiopie en avril dernier.
Une étude commanditée par le Tana High Level Forum on African Security, qui organisait la conférence, a établi que les flux financiers illicites quittant l'Afrique ont augmenté selon un taux moyen de  12,1 % par an  depuis 1970, essentiellement détourné en Afrique sub saharienne et provenant d'activités  criminelles, corruption, évasion fiscale, trafic de drogues, pots-de-vins, contrebande.
Lors de la conférence, Leonce Ndikumana, professeur d’économie de l’Université du Massachusetts, aux États-Unis, a déclaré que quelque 39 pays africains ont « perdu 1,3 trillion de dollars américains, mais avec les intérêts générés au cours de cette période, la perte combinée s’élève à 1,7 trillion de dollars américains », soulignant les conséquences inéluctables : « Ces montants réduisent l’investissement privé, augmentent la perte de recettes fiscales pour financer les investissements publics et ils sapent la gouvernance par l’envoi d’un message négatif aux citoyens ».

Sources : Al Jazira ;  Pan African news agency.

Posted in Criminalités n°9 - septembre 2013, Dépêches / n°9, La Gazette (intégrale), Les dépêches - La chronique, Revue Criminalités and tagged , , , .

Laisser un commentaire