Le « chemin jaune » du bois malgache

LE PATRIMOINE MONDIAL

AUX MAINS DE PILLARDS OFFICIELS

Les bois précieux, bois de rose en particulier, sont l'objet d'intenses trafics dans les forêts humides de Madagascar, inscrites au patrimoine mondial de l'humanité .

Interdit de coupe et d'exportation à Madagascar, le bois de rose est illégalement abattu et acheminé clandestinement vers son marché principal, la Chine, où la coupe et l'exploitation du bois en sont interdites depuis 1998.

Selon le chercheur malgache, Hery Randriamalala, le mode opératoire est similaire aux trafics de drogues. Depuis des plages dans le nord-est de Madagascar, les rondins du bois de rose sont transportés par des petits bateaux à des "navires-mères" au large, exportant le bois en Chine, selon ce que les malgaches nomment le « chemin jaune ». 

 « Le bois de rose financerait la prochaine campagne électorale de l'un des candidats à la présidence ».  L’exploitation du bois de rose a été facilitée par les gouvernements peu avant des élections importantes , au moins à trois reprises en 1992, 2006, 2009 et 2010.

En 2009 et 2010,  des bûcherons ont investi ces forêts de parcs nationaux officiellement protégés de Marojejy ou de Masoala, pour extraire du bois, menacer les gardes forestiers et les communautés locales.

En 2011, les Douanes de Toamasina ont créé « une filière rapide, réservée aux exportateurs chinois, dans laquelle aucun conteneur n’est passé au scanner » et cette filière est un « commerce inéquitable : la partie chinoise touche 25 fois plus que la partie malgache et 357 fois plus que les villageois de la forêt ».

L'ONG  Global Witness rappelle régulièrement que cet abattage du bois de rose et l'ébène menace la pérennité des forêts tropicales déjà compromises de Madagascar, un des principaux centres de biodiversité à l’échelle mondiale.  

Sources : Mongabay.com , Madagascar conservation & development journal.

 Lire toutes les dépêches

Posted in Criminalités n°6 - avril 2013, Dépêches / n°6, Les dépêches - La chronique, Les dépêches hebdomadaires, Revue Criminalités and tagged , , .

Laisser un commentaire