Le kratom bientôt légal en Thaïlande

Légaliser un peu ou complètement cette plante traditionnelle après 70 ans de prohibition : la feuille de route de cette feuille à mâcher ou à infuser.

Après 70 ans de prohibition, la Thaïlande réfléchit à la légalisation du kratom, cette feuille à mâcher populaire en Asie du Sud-Est, et considérée comme une alternative meilleur marché et plus sûre à la méthadone. L'initiative a en août dernier le soutien du ministre de la Justice thaïlandais Chaikasem Nitsiri. Déjà, en 2010, l'Office du contrôle des narcotiques avait fait des recommandations similaires au Département de justice pour décriminaliser un substance qui n'est associé à aucun effet social néfaste.

Mais du fait de ses pouvoirs psychoactifs, le kratom est actuellement illégal en Thaïlande, Australie, Myanmar (Birmanie) et Malaisie. Malgré l'interdiction légale du kratom en 1943 en Thaïlande, dont l'objectif était de ne pas servir de substitut à l'opium, l'usage en est resté populaire. Si les arbres poussent naturellement, la consommation est un élément de culture du pays.

Feuille d'arbre poussant dans la jungle, le kratom a une histoire ancestrale. « On mâche du kratom depuis des milliers d'années et aussi loin qu'on remonte dans les données archivées, il n'y a jamais eu un cas d'overdose, de psychose, de meurtre ou de crime violent », dit Pascal Tanguay, directeur de programme de l'ONG américaine implantée en Thaïlande, PSI (Population Services International) qui prône la réduction des risques au sein des utilisateurs de drogues. Pascal Tanguay est aussi impliqué dans le projet de reforme envisagé par les dirigeants thaïlandais. Les options en discussion vont du kratom disponible seulement sur prescription, à une décriminalisation de la détention et l'usage de petits montants, tout en étudiant une légalisation totale.

Boisson des séparatistes

Le kratom a pris une dimension socio politique au début des années 2000, associé au mouvement séparatiste jihadiste (dit ความไม่สงบในชายแดนภาคใต้ของประเทศไทย), dans la région de Malay Pattani, au sud de la Thaïlande, à la frontière avec la Malaisie. La rébellion pour tenter de créer un état islamique a déjà laissé quelques 5500 morts depuis 2004. Pour les musulmans habitant cette région, le kratom constitue un stimulant qui contourne l'interdit de l'alcool imposé par l'Islam. Combiné en décoction avec du sirop contre la toux et du Coca, le kratom forme une mixture populaire en Thaïlande sous le nom de « 4x100 », boisson favorite des rebelles. Citant un rapport de police, la presse thaï ajoute que cette préparation va parfois jusqu'à inclure des substances chimiques toxiques, comme de la peinture industrielle, du répulsif antimoustique, du désherbant ou même la poudre récupérée à l'intérieur des ampoules électriques. La prohibition du kratom offre en tous cas au pouvoir thaïlandais un prétexte pour lancer des opérations de police contre ces opposants au régime. Une campagne appuyée par la police destinée à couper les arbres aux feuilles si sensibles a vu l'opposition des services officiels dédiés à la protection de l'environnement.

Prohibition régionale

La consommation de kratom est interdite en Thaïlande, Australie, Malaisie et Myanmar (Birmanie). Mais à l'inverse de la Thaïlande, depuis janvier 2007, la Malaisie envisage de renforcer l'illégalité du kratom en le reclassant parmi les médicaments dangereux. Le kratom est aussi classé comme stupéfiant en Allemagne, au Danemark en Nouvelle-Calédonie. Les États-Unis commencent à le surveiller de près

Sources : IDPC (International drug policy consortium) ; Scientific american ; Global post.

--------------------------

Proche du caféier

Botaniquement, le kratom ou biak, alias Mitragyna speciosa, est de la même famille que le caféier mais aussi de la plante psychoactive Psychotria viridis, dénommée chacrona ou chacruna en quechua, et qui sert à préparer l’ayahuasca ou yagé, ce breuvage à base de lianes qu'absorbent les chamanes d'Amazonie. D'autres espèces de Mitragyna ont un usage médical en Afrique et sont également utilisées pour leur bois.

Posted in Criminalités n°9 - septembre 2013, Dépêches / n°9, La chronique - dépêches et débats, La Gazette (intégrale), Les dépêches - La chronique, Les dépêches hebdomadaires, Revue Criminalités and tagged , , .

Laisser un commentaire