Le prix du sang

Un capo mafieux élu prix littéraire en Italie. Polémique

Condamné à la prison à perpétuité, en prison depuis 22 ans, Giuseppe Grassonelli, 49 ans, aujourd'hui licencié en philosophie, aussi connu sous le surnom de « Mauvaise Herbe » est lauréat du prix littéraire Leonardo Sciascia-Racalmare pour « Malerba », la biographie d’un tueur à gages de la Stidda, branche de la mafia du sud de la Sicile dont les membres portent tous un tatouage de reconnaissance, formé de cinq points, entre le pouce et l'index.

Ecrivain, essayiste, journaliste et homme politique, Léonardo Sciascia qui donne son nom à ce prix littéraire, a publié plusieurs ouvrages dénonçant les rouages de la mafia, sous couvert de fiction, comme Le jour de la chouette, qui raconte l'omerta dans un village sicilien, ou Le Député, pièce de théâtre évoquant la complicité et la corruption entre politiques et mafieux.

Co écrit à quatre mains avec journaliste Carmelo Sardo, de la chaîne Cannale 5, le livre de Giuseppe Grassonelli a été publié par Libri Mondadori, maison d’édition dirigée par Marina Berlusconi, fille de Silvio Berlusconi.

« Est-il possible qu’un condamné à perpétuité, qui a les mains maculées de crimes terribles et dont les blessures sont encore vivaces dans les chairs des victimes, puisse participer à un prix littéraire ? » s’est indigné dans le journal « La Sicilia » Gaspare Agnello, juré démissionnaire du prix initié par l’écrivain Leonardo Sciascia. Ce à quoi le président du jury, Gaetano Savatteri, a rétorqué : «Je ne comprends pas pourquoi on peut parler de la mafia dans les écoles et pas dans les prix littéraires : cela signifie que les récompenses dans la littérature ont encore peur de la mafia. »

La polémique a enflé du fait que le prix a été décerné à l'issue d'un seul vote, face à un autre livre candidat au prix, « È così lieve il tuo bacio sulla fronte » (C'est ainsi que tu baises le front), dont l'auteure est Caterina Chinnici, la fille de Rocco Chinnici, juge assassiné par la mafia en 1983 .

Giuseppe Grassonelli a été jugé comme capo du clan mafioso de Stidda, dans la localité sicilienne de Porto Empedocle.

Sources : Libération (Paris), El Mundo (Madrid) , site actualitte.com.

Posted in Criminalités n°9 - septembre 2013, Dépêches / n°9, La Gazette (intégrale), Les dépêches - La chronique, Revue Criminalités and tagged , , .

Laisser un commentaire