LES STOCKS D'ARMES EN MER : SOLUTION OU PROBLEME ?

ARSENAUX AU LARGE SUR DEUX NAVIRES

 

 Le Myre Seadiver

Appartenant à la société de protection privée russe Moran, le Myre Seadiver, navire de 50 m de long, aurait élargi ses missions officielles à des trafics d'armes. Il a été saisi par la marine nigériane en octobre 2012, l'équipage des quinze marins arrêté. Ils sont accusés d'importation illégale d'armes.

[Are_PayPal_LoginPlease]

14 kalachnikovs et 22 fusils Benelli MR1 auraient été trouvés à bord, selon les autorités nigérianes et selon celles-ci, illégalement détenues. Après plus de cinq mois de détention, les marins ont été libérés de leur prison nigériane le 25 févier 2013 en échange d'une rançon payée par l'ambassade de Russie à Lagos. Le procès a été renvoyé au 18 juin.

Au départ le navire  venait de Madagascar et faisait route vers la Guinée. C'est lors d'une escale technique à Lagos que le navire avait été inspecté et saisi. La société Moran a vainement tenté d'expliquer que ces armes étaient seulement destinées aux membres de l'équipage, dédiés à leur propre protection et à celle du navire, qui disposait de toutes les autorisations nécessaires à la présence de cet armement à bord, les autorités n'ont rien voulu savoir.

La société russe a d'ores et déjà été condamnée à 500 000 US dollars d’amende et à une interdiction d’exercer au Nigeria.

Quatorze AK-47 et 22 fusils ? « Un stock trop faible pour un trafic d'armes, et trop important pour la protection du navire », note le Maritime bulletin britannique qui opte plutôt pour le statut du navire comme « arsenal flottant » servant les équipes de gardes de la société Moran précédemment dans le golfe d'Aden.

Le Sinbad

Dans cette région de la Corne de l'Afrique, un autre navire, le Sinbad, navire de 50 m de long servant d'arsenal aux équipes de gardes armés privés a été saisi le 1er octobre 2013 par les garde-côtes des Émirats arabes unis. Ancien garde-côtes suédois devenu dragueur de mines et support de commandos pour la marine suédoise puis vendu en 2011 pour assister les gardes armés en mer Rouge.

Battant pavillon de complaisance Mongol, il est opéré par un commandant français, un second espagnol, un agent de sureté Anglais, un ingénieur en chef suédois, un mécanicien en second espagnol, un électricien bulgare, et des marins sont la nationalité n'est pas mentionnée par le site de la compagnie.

Dans cette région de la Corne de l'Afrique, un autre navire, le Sinbad, navire de 50 m de long servant d'arsenal aux équipes de gardes armés privés a été saisi le 1er octobre 2013 par les garde-côtes des Émirats arabes unis. Ancien garde-côtes suédois devenu dragueur de mines et support de commandos pour la marine suédoise puis vendu en 2011 pour assister les gardes armés en mer Rouge.

Battant pavillon de complaisance Mongol, il est opéré par un commandant français, un second espagnol, un agent de sureté Anglais, un ingénieur en chef suédois, un mécanicien en second espagnol, un électricien bulgare, et des marins sont la nationalité n'est pas mentionnée par le site de la compagnie.

Le Sinbad a été intercepté et retenu à Fujairah par les autorités des Émirats arabes unis. Le navire est opéré par Avant Garde Maritime Services, une société sri lankaise fondée en 2011 et dont le gouvernement sri lankais est actionnaire, qui assure la protection de chalutiers au large et à terre, des transports de fonds, la protection de personnalités et le recouvrement de dettes.

Cette compagnie est dépositaire de toutes les autorisations du ministère de la Défense sri lankais pour « détenir et contrôler toutes armes et munitions délivrées par le gouvernement sri lankais dans n'importe quel port du monde ».

Selon son site internet, la compagnie propose des services de stockage d'armement pour d'autres compagnies privées de protection armée en mer. Les clients du Sinbad sont des société britanniques privées de gardes armés opérant dans le Golfe d'Aden. The National, quotidien publié aux Émirats, estime qu'il existe une douzaine de ces arsenaux flottants dans le monde dont quatre dans le Golfe d'Aden.

Eclairage

Dans cette affaire, les questions diplomatiques se mêlent aux enjeux de sécurité, de souveraineté nationale, et laissent se profiler les dangers de prolifération d'armement dans des zones en tension.

Sources : Maritime Bulletin, AFP, The Punch (Lagos), The Advocate (Lagos), The National (Abu Dhabi), Sri Lanka Guardian.

[/Are_PayPal_LoginPlease]

Lire toutes les informations

Posted in Criminalités n°8 - juin, juillet, août 2013, Informations / n°8, Les informations - mensuelles -, Revue Criminalités, Tour d'horizon / n°8 - Pirateries and tagged , , .

Laisser un commentaire