L'Espagne, terre d'empoigne entre cartels mexicains et colombiens

L'inversion des flux

Question de facilité de langue d'abord : l'Espagne est la tête de pont choisie par les cartels mexicains des drogues pour pénétrer le marché européen. La crise économique en Espagne et le taux de chômage important offrent des opportunités pour recruter des réseaux complices. Ce faisant, les groupes criminels mexicains entrent en rivalité avec les Colombiens implantés depuis plus longtemps.

La « bataille d'Espagne » a commencé en 2007, quand le cartel de Sinaloa s'est implanté à Madrid. Début août 2012, en collaboration avec le FBI, la police espagnole a saisi à Madrid quelques 400 kilos de cocaïne et arrêté quatre membres du cartel de Sinaloa.

Sources : New América media, Europol

Eclairage

Dans le dossier sur les «Zones Grises» Fabrice Rizzoli rappelle l'histoire des narco-comptoirs des mafias italiennes en Amérique Latine.

Aujourd'hui, dans l'économie illégale comme dans l'économie légale, les flux s'inversent et les investisseurs des pays dits  émergents viennent s'implanter dans les pays de consommateurs - encore ? - riches.

Lire toutes les dépêches

 

 

Posted in Criminalités n°6 - avril 2013, Dépêches / n°6, Les dépêches - La chronique, Les dépêches hebdomadaires, Revue Criminalités and tagged , , , .

Laisser un commentaire