Montréal : corruption et BTP

UN PAYS QUI A L'AIR SI TRANQUILLE

Hommes politiques, ingénieurs, hauts fonctionnaires, notaires, entrepreneurs : 37 personnes ont été arrêtées le 9 mai à l'aube à Montréal et dans les environs. Interpellé par quelque 120 policiers à leurs domiciles, ils sont  suspectés d'appartenir à une «organisation criminelle» qui dirigeait «un système de collusion et de corruption organisé», a déclaré lors d’une conférence de presse Robert Lafrenière, inspecteur en chef de l’UPAC, Unité permanente anticorruption.

L’opération est la plus importante lancée contre la corruption, depuis au moins  la création de  l’UPAC, en 2011. Le système était établi en trois groupes distincts : «des entrepreneurs et ingénieurs, des facilitateurs (avocats, notaires et un commerçant), ainsi qu'un groupe d'individus, composé d'un maire,  d'un directeur général et d'un directeur général à l'ingénierie», selon l'UPAC.

L'enquête policière a procédé à plus de 30 000 écoutes téléphoniques, effectué 70 perquisitions et entendu 150 témoins. Les chefs d'accusation recouvrent la fraude envers le gouvernement, l'abus de confiance, la corruption dans les affaires municipales et le gangstérisme, habituellement  réservés aux groupes criminels comme les Hells Angels.

Parmi les personnes interpellées, Gilles Vaillancourt, ancien maire de Laval pendant 23 ans, démissionnaire depuis novembre dernier. En banlieue du nord de Montréal, Laval est la troisième ville du Québec.

Autre protagoniste en première ligne, l’entrepreneur millionnaire du BTP Tony Accurso connu, pour avoir cultivé les relations avec le monde politique reçu dans son luxueux yacht.

Lors des auditions de la commission Charbonneau enquêtant publiquement sur les criminalités organisées,  un témoin, Lino Zambito, avait exposé le mode opératoire mis en place par un cartel d’entrepreneurs italiens régnant sur le BPT montréalais: une fois le marché public obtenu, l’entreprise sélectionnée devait remettre 3% du contrat au parti de l’ex-maire de Montréal Gérald Tremblay, qui a démissionné en novembre, et 2,5% à la mafia.

Sources :  AFP, 24 heures Montréal.

 Lire toutes les dépêches

 

 

Posted in Criminalités n°7 - mai 2013, Dépêches / n°7, Les dépêches - La chronique, Les dépêches hebdomadaires, Revue Criminalités and tagged , , , .

Laisser un commentaire