Non à la terreur

C.H. de Choiseul Praslin

C.H. de Choiseul Praslin

Le massacre des journalistes de Charlie Hebdo, puis celui des otages et des policiers qui s’en suivit, appelle de la part de l'OGC une condamnation absolue, tant pour son inhumanité que pour l'atteinte à la liberté d'expression et celle de la presse, son fleuron.

« Le sommeil de la raison engendre des monstres » Goya (Musée du Prado – Madrid)

Cependant aucune idéologie extrémiste, comme celle de ces tueurs, ne peut sortir de l'impuissance ni durer, si elle ne s'articule pas avec des stratégies géopolitiques. Leur idéologie ne serait qu'un moteur fou qui tournerait à vide, s'il n'était pas en prise, chez les commanditaires de ces assassinats, avec des analyses politiques d'un réalisme lui aussi extrême qui en fait tout le danger. En venir à bout dépends donc autant de nos propres capacités d’observation et de réflexion que de la vigueur de nos convictions démocratiques.

C'est d'ailleurs une raison supplémentaire pour laquelle la liberté de la presse est la prunelle de nos yeux : elle est une indispensable garante de la lucidité collective des citoyens des démocraties et donc de la réussite de leurs projets.

L'analyse géopolitique est un art difficile, qui demande non seulement indépendance et ténacité dans la recherche des causes et des effets, mais aussi humilité devant la complexité d'un monde en mutation.

L'OGC, ses membres, ses auteurs et ses correspondants et nous le savons, ses lecteurs, prendront toute leur part dans cet effort pour que les idéologies monstrueuses ne triomphent pas d'une raison qui se serait endormie.

 

Posted in Criminalités n°10 - octobre 2014, Edito / n°10, Éditos, OGC and tagged , .