Prix Falcone, les lauréat 2014

Cette année, le prix Falcone http://prixfalcone.com/s'inscrit dans une actualité aigüe. D'une part, on assiste à une amplification des attaques des organisations criminelles internationales, transfrontalières, via les réseaux du Net. La cybercriminalité prend sans cesse des visages changeants, mobiles et innovants, profitant à un vaste blanchiment d'argent, et à la traite de vingt à quarante millions de personnes dans le monde. D'autre part, les liens entre ces organisations criminelles se complexifient sur fond de terrorisme fanatique et barbare, alimentant une flambée du racisme et de l'antisémitisme au moment où la France traverse une crise économique et sociale profonde.
Dans ce contexte mondial menaçant pour la démocratie, le jury du Prix Falcone a souhaité récompenser des personnalités et organisations qui mènent une réflexion hors sentiers battus, ou au contraire une action de terrain courageuse au prix de leur sécurité personnelle. Enfin, certains lauréats sont à la fois investis dans la réflexion et l'action. Tous se battent pour la défense de nos démocraties en danger.
Prix Falcone pour la justice (ex aequo)

- Mme Sonia ALFANO
présidente de la commission spéciale du Parlement européen qui a fait de la lutte contre la criminalité organisée, la corruption et le blanchiment d'argent, un objectif dans la durée. La commission a proposé un plan d'action concret. Sonia Alfano est une femme politique italienne, députée européenne sortante, dont le père journaliste a été assassiné par la mafia lorsqu'elle avait 21 ans. Ce prix honore le parcours d'une femme qui a su transformer une tragédie personnelle en responsabilité civile et qui lutte afin que le crime organisé soit sanctionné juridiquement dans toute l'Europe, pas seulement en Italie. Enfin, à travers ce prix décerné à sa fille, nous honoronségalement la mémoire de son père.

- M. Jean-François GAYRAUD
commissaire divisionnaire de la Police nationale, expert reconnu de la criminalité organisée, spécialiste des mécanismes du blanchiment d'argent. Il est l'auteur de nombreux essais qui ont tous pour point commun le fait d'explorer de nouveaux horizons criminels dans une volonté d'innovation. Nous pouvons saluer en Jean-François GAYRAUD l'initiateur d'une géopolitique et d'une géo-économie du crime. Or lutter aujourd'hui contre les organisations criminelles demande de faire preuve d'innovation dans l'approche de systèmes complexes en constante évolution.

Prix Falcone pour la démocratie (exæquo)
- La Caravane anti-mafia, du réseau ARCI en Italie
(réseau associatif de promotion sociale et culturelle), représenté par son dirigeant, avocat, Alessandro COBIANCHI. Depuis vingt ans, la caravane antimafia sillonne inlassablement l’Italie, et l’Europe afin de défendre la solidarité envers ceux qui travaillent pour la légalité démocratique et la justice sociale, mais aussi afin de promouvoir des projets concrets (rencontre des familles de victimes, participation aux travaux sur la légalité des biens confisqués). Le 30 mars dernier, la caravane est partie symboliquement de Tunis, au moment du Forum Social Mondial. Elle traversera les villes françaises de Marseille, Nice, Toulon, Nîmes et Bastia dès novembre prochain. C’est l’ occasion de saluer le formidable travail du réseau ARCI, (équivalent de notre Ligue de l’Enseignement), et de créer de nouveaux liens constructifs en France. La caravane antimafia n’a de cesse de créer des possibilités de relations entre des personnes et des réseaux communautaires. Elle met l’accent sur les lieux de diffusion. A travers sa pérégrination, elle éclaire la problématique des organisations criminelles en Europe, au-delà de nos perceptions stéréotypées de l’Italie. Informer, expliquer, dialoguer, donner le courage d’agir, agir sur les lieux mêmes où sévit la mafia, élargir la prise de conscience à un niveau européen est un travail de longue haleine qui mobilise les très nombreux acteurs sociaux de la Caravane antimafia.
Le centre d’études sociales contre les mafias – association PROGRETTO SAN FRANCESCO
La caravane antimafia du réseau ARCI en Italie est un réseau citoyen laïc. Or si  le jury adhère pleinement aux valeurs républicaines de la laïcité, il convient de souligner que la laïcité n’exclut pas la participation des organisations religieuses au processus de cohésion social et civil dans la société. C’est pourquoi, le jury a attribué le prix Falcone exæquo pour la démocratie aux pères franciscains de l’association Progretto San Francesco, en Italie. En effet, cette association  mène une action remarquable sur le terrain, avec la volonté de tisser des « alliances nouvelles et sûres », développant des actions en collaboration étroite avec tous les acteurs sociaux, (syndicats, police, bureaux du gouvernement, entreprises).  L’association PROGRETTO SAN FRANCESCO se rattache expressément aux valeurs laïques de la vocation sociale avec l’objectif  de construire un droit social fondé sur le respect de la loi et le dialogue. Ayant fait vœu de pauvreté, donc a priori inaccessibles à la corruption, les pères franciscains mènent des actions courageuses sur les lieux confisqués à la mafia et réattribués à des actions sociales où la formation à l’emploi joue un rôle essentiel.
Prix Falcone pour les droits de l’Homme (exæquo
- Fabrice RIZZOLI
politologue, chercheur et enseignant français, spécialiste des organisations criminelles et mafieuses, représentant du Réseau FLARE en France (Freedom, Legality and Rights in Europe). Notre Monsieur mafia national anime au quotidien le site mafia.fr où il analyse les ressorts complexes des organisations criminelles.  A partir de son analyse de la structure et des codes de la mafia italienne, il a largement démontré les liens des relations politico-mafieuses avec l’économie mondiale. Ces relations sont devenues des phénomènes structurels et systémiques de la mondialisation, la finance se situant au-dessus des lois. Fabrice Rizzoli milite activement pour la confiscation des biens mal acquis au bénéfice de la communauté, convaincu que la corruption doit être combattue par la reconstruction d’une pensée collective et des pratiques sociales justes.

- Tariq OUBROU
Recteur de la mosquée de Bordeaux pour son action au sein de la communauté musulmane, fervent défenseur d’un Islam des Lumières qu’il considère comme l’antidote à l’instrumentalisation de la religion au service du terrorisme, des actes illégaux ou mafieux et de la violence dans la Cité. Il exhorte sa communauté à rejeter l’antisémitisme et les sirènes du Djihad actionnées par Daesh. Tariq OUBROU défend le dialogue inter-religieux avec les Juifs et les Chrétiens. Il s’est longtemps  investi dans des associations prônant sa conviction que les Musulmans doivent occuper les espaces citoyens avec les autres composantes de la société sans pour autant perdre leur âme. La philosophie de son action résonne fortement dans le climat social national et international actuel. Elle véhicule des messages de tolérance qui participent également de la reconstruction d’une pensée collective et de pratiques sociales ancrées dans la légalité démocratique. Ainsi contribue-t-elle à lutter dans la vie sociale contre les organisations criminelles qui gangrènent nos Etats de droit.

Posted in Criminalités n°10 - octobre 2014, Dépêches / n°10, La Gazette (intégrale), Les dépêches - La chronique, Revue Criminalités, Rubrique abonnés and tagged , , .

Laisser un commentaire