Johnny Hallyday et de la drogue bien amplifiée

SHOW-BUSINNESS,

DE BELLES FOURMIS DANS LE GRAND PIEGE

 

Selon le site Cannabis infos, reprenant le livre de Thierry Colombié « Stars et Truands », sorti chez Fayard, Johnny Hallyday aurait été "piégé par des dealers" qui auraient profité de sa notoriété pour cacher de "la drogue dont la cocaïne" dans les amplificateurs de ses tournées.

A la fin des années 60, des trafiquants de drogues auraient profité de la notoriété de plusieurs stars de la chanson pour favoriser leurs affaires.

Johnny Hallyday ne se serait rendu compte de leur manège que bien plus tard au Canada. Ce serait son premier contact avec la drogue de laquelle il a été dépendant durant de nombreuses années.

Bientôt de retour sur scène après quelques plusieurs mois de repos, le rockeur de 69 ans avait d’ailleurs révélé cette addiction dans son livre «Dans Mes yeux», écrit en collaboration avec Amanda Sthers, et sorti au début de l’année.

Bien que très actif sur les réseaux sociaux, Johnny Hallyday n’a pas encore réagi ce jour à cette allégation.

Source Cannabis Infos

Eclairage

La lecture du livre de Thierry Colombié, membre de l'OGC, et sur lequel la revue fera une chronique complète dans son numéro à paraître le 7 juin, laisse interrogateur. 

Sans jamais mettre en cause la bonne foi personnelle du chanteur dans ces trafics, l'auteur n'en pose pas moins en filigrane une question essentielle sur laquelle l'OGC se penchera :

Sommes-nous seulement en face d'une série d'anecdotes croustillantes ou d'un véritable système avec ses pigeons et ses rapaces, si l'on peut employer ces termes un peu trop naturalistes  ?

Et qui sont alors les pigeons ? Où sont les rapaces ?

Posted in Criminalités n°7 - mai 2013, Dépêches / n°7, Les dépêches - La chronique, Les dépêches hebdomadaires, Revue Criminalités and tagged , , , .

Laisser un commentaire