LES FRONTIÈRES ENTRE LES DROGUES BROUILLÉES

UN RAPPORT DE L'ONUDC EXPLIQUE COMMENT IDENTIFIER

LES "EUPHORISANTS LÉGAUX"

Le rapport mondial sur les drogues 2013 s'intéresse aux substances classiques, cannabis, cocaïne, opiacées , amphétamines, mais s'interroge sur les NSP, nouvelles substances psychoactives de synthèse, en plein essor. La production croissante et le marché grandissant très dynamique, facile d'accès, sont des constantes au niveau mondial. L'idée reçue est que ces NSP seraient inoffensives puisqu'elles ne sont pas proscrites ou illégales, malgré des conséquences souvent désastreuses, parfois des décès.

[Are_PayPal_LoginPlease]

Premier écueil de ces alertes de santé publique, repérer, identifier les substances psychoactives et leurs risques pour la santé, alors que ce sont des produits sans précédents, sur un marché très évolutif qui crée des déclinaisons nouvelles. D'autant, que les institutions de nombreux Etats n'ont pas les moyens, le matériel et les effectifs formés pour assurer ce suivi. Même si l'ONUDC a mis au point un guide pratique pour détecter et étudier ces NSP.

Principaux groupes disponibles sur le marché :

  • les cannabinoïdes de synthèse, qui imitent les effets de la principale molécule active du cannabis (THC) et qui sont vendus sous les noms de « Spice » ;
  • les cathinones de synthèse, qui incluent des stimulants comme la méphrédone et la MDPV et qui se vendent sous le nom de « sels de bain » ;
  • les phényléthylamines, des substances stimulantes généralement liées aux amphétamines et aux  méthamphétamines ; et les pipérazines, des substances fréquemment vendues comme de l'« ecstasy ».

La catégorie des cannabinoïdes de synthèse est, depuis 2009, la plus répandue et la plus diversifiée avec plus de 60 nouvelles substances psychoactives, et constitue un défi majeur pour ce qui est de sa détection et de son identification. Ces substances sont souvent mélangées avec des herbes et vendues sous les noms de Spice, Kronic, Spice Gold, Spice Silver, Spice Diamond, K2, Bliss, Black Mamba, Bombay Blue, Yucatan Fire, Skunk, Moon Rocks, et Mr. Smiley.

Les directives de l'ONUDC sur les Méthodes recommandées pour l'identification et l'analyse des agonistes des récepteurs cannabinoïdes parmi les produits saisis permettent à des labos de différents niveaux de développement technologique d'identifier une large gamme de cannabinoïdes de synthèse. Ces recommandations font suite à la publication des Méthodes recommandées pour l'identification et l'analyse des pipérazines parmi les produits saisis en mars 2013.

Source : rapport ONUDC 2013 sur les drogues

Commentaire

Comme dans bien des développements de criminalités, l'innovation a toujours quelques longueurs d'avances sur les administrations, services des États, polices, personnels de santé publique, sans parler du corpus législatif qui a du mal à répondre à des problématiques très évolutives, réactives même.
Les réseaux criminels qui assurent la fabrication et la commercialisation de ces produits profitent de leur capacité à prendre les devants pour lancer des produits hors de toute nomenclature connue et donc de tout cadre d'intervention de politique publique, tant son volet répressif que son axe de prévention des risques.
Comme dans l'industrie, ce qu'on pourrait nommer des départements «recherche et développement» des réseaux criminels utilisent les moyens de leurs chimistes et leur laboratoires clandestins pour développer de nouveaux produits non inventoriés jusque-là.
Les autorités livrent à une sorte de course poursuite qu'elles commencent toujours par perdre.

NLC

 

[/Are_PayPal_LoginPlease]

Lire toutes les dépêches

 

 

Posted in Criminalités n°8 - juin, juillet, août 2013, Dépêches / n°8, Les dépêches - La chronique, Les dépêches hebdomadaires, Revue Criminalités and tagged , , .

Laisser un commentaire