Economie – Analyses générales et méthodologie

Nombre de mots : 4 992

crise J de Maillard

Crises financières,  criminalité et moralité

Jean de Maillard, magistrat, auteur de nombreux livres sur la criminalité financière, dont "L'arnaque : la finance au-dessus des lois et des règles"chez Gallimard,  nous donne ici l'analyse systémique qu'il a développée, lors d'un colloque à Oslo en juin 2105,  de cette criminalité. Affirmer que la ou les crises financières soient systémiques, est devenu une banalité, presque une tarte à la crème.

Jean de Maillard rappelle qu'un système obéit toujours à des règles complexes, que par définition il faut décrypter, puisqu'elles commandent l'idée même que nous nous faisons spontanément du système en question.

Il avance ici dans l'analyse fondamentale de la structure de la criminalité financière,  dont de nombreuses,  et sans doute désastreuses,  conséquences,  sont encore devant nous.

Pour commencer, je voudrais proposer plusieurs postulats portant sur la notion de crise financière :

• Premier postulat : une crise n'est qu'accidentellement un accident ;

• Deuxième postulat : il existe deux sortes de crises : des crises « secondaires », qui sont l'expression d'un dysfonctionnement, d’une distorsion ou d'un déséquilibre relatif, temporaire ou marginal qui peut être corrigé sans modifier le système lui-même et des crises « primaires ou systémiques », qui sont le fruit de contradictions inhérentes au système ;

• Troisième postulat : le système ne peut trouver en lui-même les capacités de régler la crise qu'il traverse que si celle-ci est une crise secondaire ; face aux crises primaires ou systémiques – qu’il ne peut, par nature, résoudre avec ses seules capacités –, le système ne peut assurer par lui-même sa pérennité qu’en produisant des modes de contournement de ses propres normes.

J’examinerai ensuite quel rapport il convient d’établir entre les crises financières et l’éthique d’une part, la criminalité d’autre part. La thèse que je défendrai est triple :

• 1ère thèse : la gouvernance minimale qui caractérise la globalisation économique et financière génère elle-même d’un côté des crises et de l’autre des comportements frauduleux ou criminels ;

• 2ème thèse : toutefois, les crises et les fraudes produites par la faiblesse de la gouvernance ne se développent pas indépendamment les unes des autres ; elles sont en corrélation étroite car les unes et les autres sont produites par les contradictions du système financier.

• 3ème thèse : face à des crises systémiques, la fraude devient alors le mode de management du système économique et financier, pour éviter à ce dernier de s’effondrer.

...

Pour lire la suite, merci de vous abonner :
Ou acheter cet article à l'unité ici

Jean de Maillard

N'hésitez pas à noter cet article.

0.00

 

Signalez nous tout contenu qui vous semble illicite.

Posted in Analyses, La Veille and tagged , .

Laisser un commentaire