Triades comme hommes de main

A Hong Kong le mouvement de protestation pro démocratique attaqué dans la rue par des hommes de main des triades.

Des membres masqués des triades font des descentes dans la rue à Hong Kong. Le 3 octobre 2014, les étudiants et citoyens porteurs du ruban jaune du mouvement pacifiste et pro démocratique « Occupy Central » ont été la cible d'exactions menées par les triades chinoises prêtant la main aux autorités chinoises qui ont paru dépassées par les événements.

La police a laissé faire les groupes de malfrats menés par des militants pro-Pékin portant parfois des masques hygiéniques dissimulant leurs visages.

Les leaders de la contestation dénoncent l'inaction complice de la police et accusent les autorités de pactiser avec les Triades pour semer le trouble et faire dérailler la contestation pacifique. La police de Hong Kong nie avoir recours aux nervis des triades. Pourtant, elle a du reconnaître que parmi les gens finalement arrêtés le 3 octobre, 19 avait un curriculum lié aux triades.

Le parlementaire James To du mouvement pan-démocratique a même accusé dans les colonnes du South China Morning Post  le gouvernement de Hong Kong d'utiliser des gangs appartenant au triades pour disperser les citoyens dans la rue.

Les envoyés spéciaux du quotidien Libération rappellent que par le passé, « plusieurs incidents violents ont déjà eu lieu. L’an dernier, deux assaillants ont tabassé Chen Ping, l’éditeur du magazine iSun Affairs, interdit en Chine continentale.

En 1998, le journaliste de radio Albert Cheng a été poignardé dans un parking. En 1996, le journaliste Leung Tin-wai a été agressé dans son bureau par des hommes qui l’ont poignardé, avant de lui couper un avant-bras avec un hachoir ». Les fiefs des triades sont Shanghai, Tianjin, Shenyang, Guangzhou mais aussi Hong Kong.

Sources : Libération ; Le Point ; The Guardian

Posted in Criminalités n°10 - octobre 2014, Dépêches / n°10, La Gazette (intégrale), Les dépêches - La chronique, Revue Criminalités and tagged , , , .

Laisser un commentaire