Uruguay : un dollar le gramme de cannabis, tarif officiel

Anticipant la légalisation du cannabis, le gouvernement uruguayen fixe déjà le cours légal.

L'Uruguay a déjà fixé un prix pour le cannabis légal. Un dollar le gramme (environ 70 centimes d'euro), soit près de sept fois moins qu'en France. Tarif qui pourrait bien entrer en application dans les premières semaines de 2014, et qui fera de l'Uruguay le premier Etat au monde à assumer le contrôle de tout le processus de production et de vente de cannabis.

Le projet de loi prévoit notamment que l'État « assume le contrôle et la régulation de l'importation, de l'exportation, de la plantation, de la culture, de la récolte, de la production, de l'acquisition, du stockage, de la commercialisation et de la distribution du cannabis et de ses dérivés ».

Adopté par la chambre des députés en juillet, ce projet de loi n'attend plus que le vote au Sénat, début  novembre. L'objectif de ces mesures lancées par le président de la république José Mujica est clairement de combattre des criminalités organisées et de « priver le narcotrafic de son marché ». Tout en adoptant une politique de réduction des risques dans le cadre d'objectifs de santé publique.

L'accès à l'usage de cannabis deviendra possible par trois voies:

- la culture personnelle, dans la limite de six plants par personne.

- la culture en clubs de 15 à 45 membres associés, avec un nombre de plants autorisé en proportion, au maximum 99.

- la vente libre en pharmacies, détentrices d'une licence officielle, avec un plafond de 40 grammes par mois et par personne.

Toutes ces cultures et détentions, réservées à des personnes majeures résidant dans le pays, devront être enregistrées dans une banque de données unique, officielle.

Est prévue la création d'un Institut de régulation et de contrôle du cannabis, chargé de superviser et contrôler les plantations, la récolte, la production et l'approvisionnement et la commercialisation du cannabis dans le pays.

La production hors autorisation de cannabis pourra être punie d'une peine de 20 mois à dix ans de prison. Restera interdite toute forme de publicité pour le cannabis, qui sera vendu sans marque, assorti de conseil de prévention quant à l'usage de drogues.

Selon les chiffres de l'Office national des drogues uruguayen,  quelque 120 000 personnes consomment de la marijuana au moins une fois par an, dans un pays qui compte plus de trois millions d'habitants.

L'initiative est regardé avec beaucoup d'attention dans le monde entier, où les politiques de guerre à la drogue et les moyens militaires mis en œuvre ont montré leur inefficacité.

L'exemple uruguayen est particulièrement regardé par ses voisins latinos américains qui y voient une potentiel modèle pour lutter contre les criminalités organisées et la violence induite grandissante qui gangrènent ces sociétés.

Sources:  Huffington Post; 24Horas (Chili), Agence France Presse, TV-Novosti en espagnol (Moscou); El Commercio ( Equateur).

 

 

Posted in Criminalités n°9 - septembre 2013, Dépêches / n°9, La chronique - dépêches et débats, La Gazette (intégrale), Les dépêches - La chronique, Les dépêches hebdomadaires, Revue Criminalités and tagged , , .

Laisser un commentaire