Vie politique et société – Analyses générales et méthodologie

Nombre de mots : 5 751

Dessin navette parlement

La première partie de cet article est disponible ici.

La  légitimation d'une réforme controversée

Le Parlement et la prostitution II

Dans le numéro 2 du mois dernier, la première partie de cet article sur le Parlement et la prostitution,  "L'émergence d'une réforme controversée",  a permis de raconter comment le projet visant à responsabiliser les clients des prostituées,  a été inscrit sur l'agenda politique, celui du Parlement, alors qu'il était fortement controversé : par  le lobbying associatif de certains politiques venant de tous les partis.

Cette seconde partie analyse les méthodes employées par ces hommes politiques convertis à l'abolitionnisme,  pour légitimer l'intervention des autorités publiques dans les problème posés par la prostitution : il leur a fallu  écarter les autres solutions possibles,  lors de travaux menés au sein de forums politiques. Ces professionnels qui se sont investis dans cette question,  ont dû  élaborer des  récits qui justifient l'intervention publique et des arguments qui interagissent lors des controverses au sein des forums politiques.

Pierre Lascoumes, sociologue de l'action publique, définit les controverses, comme celle qui a porté au Parlement sur la prostitution, en envisageant celles-ci comme "des séquences de discussions et d'affrontement entre des points de vue divergents sur un sujet, permettant une stabilisation des enjeux grâce à la confrontation des diverses alternatives envisagées par les différents acteurs".

La controverse et les stratégies de légitimation des professionnels de la politique abolitionnistes, seront analysées sur différents plans qui formeront autant de parties de notre argumentation. La procédure utilisée lors de cette controverse, révèle qu'un consensus a été  construit en sélectionnant des acteurs audibles et délégitimant ceux qui étaient opposés à la proposition de loi. Du fait de cette disqualification de certains argumentaires, un récit victimaire de la prostituée a été utilisé afin de légitimer la pénalisation des clients des prostituées. Cependant, le bilan, nuancé, du modèle nordique de cette pénalisation des clients,  ainsi que les revendications des acteurs des institutions censés faire appliquer la partie répressive du projet, montrent les limites pragmatiques que rencontre ce projet.

...

Pour lire la suite, merci de vous abonner :

Sally Amara Diop

N'hésitez pas à noter cet article.

3.48

 

Signalez nous tout contenu qui vous semble illicite.

Posted in Analyses, La Veille and tagged , .

Laisser un commentaire